Abonnez-vous ... pour être averti par mail à chaque nouvelle publication

jeudi 18 octobre 2018

Déclaration CGT sur le mal être des Assistant(e)s lors du CE du 18 Octobre 2018

Nous attirons votre attention sur la situation alarmante des assistantes, au sein de la Société (Tarnos, Bordes et Buchelay), sur les différents points suivants qui pèsent sur elles au quotidien.

Nous continuerons à assister à des  réductions d’effectifs inéluctables si les départs à la retraite ne sont pas remplacés avec une charge re-répartie sur la population d’assistantes restantes (Une alerte à déjà été lancée à Bordes car 50 à 60% de la population « Assistantes » est proche du départ à la retraite dans les 1 à 3 ans à venir !).

Les assistantes sont soumises à une adaptabilité, une flexibilité et une responsabilité accrue. Elles sont confrontées à la complexité des Outils de travail, alors qu’en même temps, la charge continue d’évoluer à la hausse avec la mise en place de très nombreux outils et applications informatiques, largement plus d’une vingtaine sur lesquels elles sont souvent désignées « référentes » ce qui exige un très bon niveau de maitrise. Citons pour exemple : TRAVELCASH, ARIBA, Service-NOW, E-NOVEO, DMG, TELEMAQUE, EXCEL, WORD, OUTLOOK, POWERPOINT, ONENOTE, SAP, GR2, BSC, TURBOHELP, KAIROS, WEBEX et VISIOCONF, POP-électronique, In-share, We-share, Docsourcing, Studec, Eudonet, OSCAR, GEODE, Gestion Profil d’accès réseau,… ceci est une liste non exhaustive. D’ailleurs la plupart des managers n’ont même plus conscience de l’étendue des activités et tâches qui sont demandées aux assistantes.

Ces outils informatiques sont en perpétuel changement/évolution et pour certains inadaptés mais imposés par le groupe, avec en plus un manque d’accompagnement de formation ; à cela vient se greffer des processus et procédures de plus en plus complexes et longs, mais aussi de plus en plus de responsabilités rajoutées suite au délestage de charge de certains secteurs sur elles  : GDA (gestionnaire des demandes d’achat), Correspondant Informatique, organisation des aspects logistiques des personnes partant en expatriation… mais pas que ! En effet, si officiellement, ce sont les managers qui sont responsables et qui valident leurs différents workflows… dans la pratique, sur le terrain et dans la « vraie vie », ce sont les assistantes qui se substituent à eux, pour valider à leur place avec leurs identifiants et mots de passe !!   Il y a l’officiel de la fiche de poste (déjà bien remplie) et la liste à la Prévert,  non officielle celle-là, et qu’on leur demande tous les jours d’une façon bien concrète par contre… l’hypocrisie générale des différentes strates hiérarchiques, fait qu’ils ferment tous les yeux !

Un rythme stressant et une surcharge que quotidiennement il faut gérer, en priorisant les innombrables urgences (exemple : déplacements de dernière minute, réunions urgentes à organiser…), en faisant face à des échéances et délais non flexibles (exemple : visa à obtenir dans les temps pour permettre le déplacement), en répondant à des sollicitations incessantes venant en direct de multi-interlocuteurs d’où une segmentation du plan de charge que le manager n’entrevoit pas ou plus. Le réflexe de tout un chacun étant devenu : « j’ai un problème, quel qu’il soit, je m’adresse à l’assistante qui va s’en débrouiller ». Le périmètre des activités d’une assistante est très varié et très large et ne cesse d’évoluer ; la plupart des assistantes se plaignent de stress important avec des journées à rallonge (compteur C/D au taquet, écrêtage des 50h) pour passer la charge dans le laps de temps imparti et imposé.

Malgré leur dévouement à répondre aux innombrables tâches qui leur sont confiées,  certaines d’entre elles font remonter que leur métier et fonction se voient dénigrés : que ce soit à Bordes, à Tarnos ou à Buchelay, il est fait écho d’un discours dévalorisant, réducteur et simpliste, de plus en plus colporté à tort selon lequel « on pourrait se passer des assistantes, elles ne servent à rien ; les nouveaux outils informatiques rendront les gens autonomes ! »… cela dit, dans les faits, une assistante se voit imposer de fonctionner à minima en binôme pour les back-up de congé afin qu’il n’y ait jamais interruption du service ! Car sur les aspects administratifs au sens large, le secteur ne pourrait pas tourner sans elle : oui c’est bien ce qu’il leur est dit au moment de poser des congés…. bien à l’opposé des discours que l’on peut malheureusement entendre dans certains couloirs.

A tout cela vient se rajouter leur isolement dû à l’individualisation de leur poste. En effet, la population des assistantes est éclatée dans les divers services et départements de l’entreprise. Elles sont généralement isolées de leurs homologues et doivent faire face individuellement et directement à la pression de leur hiérarchie généralement haut placée (chefs de Service ou de Département, Directeurs…etc.) et de leurs différents interlocuteurs de leur secteur... l’individualité de la fonction font qu’elles n’osent pas se plaindre car facilement ciblées et oubliées des promotions si elles le font… l’omerta est ainsi la pratique courante.

Tous ces éléments cumulés nous font dire que la population des assistantes est une catégorie à identifier dans la cartographie RPS. Un exemple concret qui peut permettre de vérifier les intentions de la Direction a réellement résoudre les difficultés des salariés.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...