Abonnez-vous ... pour être averti par mail à chaque nouvelle publication

mercredi 19 septembre 2018

Régulation FCU/HMU - Que se passe t-il ?

Vous trouverez ci dessous la déclaration lue par un membre CGT au CE d'aujourd'hui :


Il y a quelques années le projet de réorganisation NOUMEA entre le montage et le démontage des FCU/HMU avait suscité de nombreuses inquiétudes auprès du personnel de la régulation.

Les salariés craignaient notamment que cette scission entraine une profonde perte de savoir-faire, principalement pour les nouveaux arrivants qui ne connaitront à l’avenir qu’une seule activité à savoir le montage ou le démontage.
 Les plus expérimentés se retrouvant à faire la navette entre ces deux ateliers, il était flagrant à l’époque que l’atelier de démontage était sous dimensionné en terme de capacité et que la ligne managériale aurait obligatoirement recours à la polycompetence, au HS et à la flexibilité à outrance.

Les salariés s’inquiétaient également de probable conflits d’intérêt et de rivalité interne qu’entrainerait obligatoirement cette scission, chaque manager prêcherait à l’avenir pour son atelier, ses objectifs mais également pour la bonne santé de ses indicateurs, et non plus pour le bien du service dans son ensemble…

Ces inquiétudes légitimes ont été vivement relayées par les élus CGT au CE. Elles étaient vivement contestées par la direction SF et la direction établissement. Malheureusement nous le voyons aujourd’hui ce sont bien les salariés et les élus CGT qui avaient raisons…

Après un lancement chaotique de l’atelier démontage  voici qu’en 2017 et au premier semestre 2018 tombent les premières mesures pour réduction des coûts, suppression quasi systématique des tests préliminaires, création des REP courtes appelées « coup de poker » par les managers, consigne passée aux opérateurs de ne démonter et de ne commander que le strict minimum SCRAP REVIEW plusieurs fois par semaine (avec toute la pression que cela entraine pour le personnel concerné), acceptation de pièces non-conforme sous dérogation (exemple crise ARRIUS 2 corps de commande non-conforme accepté sous dérogation), suppression de tous les contrôles dimensionnels des pièces et alésages  pour les FCU/HMU en réparation.
Pour exemple sur FCU ARRIEL 1,  hier nous mesurions un jeu piston iso alésage devant être compris entre 10 et 15 microns, aujourd’hui un simple contrôle visuel suffit…. Nous avons inventé l’œil humain capable de percevoir le micron, le monde entier nous envie !!!

Evidemment suite à ces actions, tous les indicateurs de la partie évaluation ont viré au vert, entrainant logiquement avec eux une chute vertigineuse de ceux de la partie réparation virant ainsi au rouge vif !

Les opérateurs ont exprimés leur profond désaccord de telles mesures, prévenant qu’elles entraineraient de nombreux rejets banc, un nombre d’heures incalculable de mise au point, de coût de non qualité et que cela aurait des répercussions sur la réalisation du PDP.
Evidement lorsque un FCU/HMU est rejeté 3 ou 4 fois du banc partiel c’est autant de journée passé par le monteur, le régleur et le contrôleur dimensionnel à travailler dessus plutôt qu’à œuvrer à autre chose…

Aujourd’hui, le couperet tombe, les chiffres parlent d’eux même, depuis des mois le PDP n’est pas réalisé, nous accusions début septembre quelques 80 régulateurs de retard (fort heureusement un petit savant a calculé qu’il nous suffirait de faire simplement 20 FCU/HMU supplémentaires par mois pour rattraper le retard)
CHOUETTE ! On va imposer 6HS obligatoire par semaines même la semaine des 80 ans société ! Le taux de rejet banc lui continue de monter en flèche,  les coûts ont explosé,  au même titre que le découragement et le mécontentement de l’ensemble du personnel.

Ce retard et ce manque d’efficacité n’est dû qu’a une seule chose : L’ORGANISTATION DU TRAVAIL et la NON PRISE EN COMPTE des préconisations des salariés !  


Voilà un témoignage largement transposable à d’autres services…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...