Abonnez-vous ... pour être averti par mail à chaque nouvelle publication

vendredi 6 février 2015

VŒUX DU PRESIDENT Prendre ses désirs pour la réalité

Olivier Andries, président de TURBOMECA, a pris l’habitude chaque année de présenter ses vœux aux salariés. Cet exercice de communication est devenu le moyen de faire passer des messages qui ont parfois du mal à rencontrer la réalité du terrain…

Relevé de conclusion sur l’agilité et la performance 
Désirs : En insistant sur la signature du relevé par certaines Organisations Syndicales, notre Président a exprimé l’idée qu’en termes de représentativité, les salariés étaient donc prêts à la transformation de TURBOMECA, notamment sur le temps de travail.
Réalité : La CGT première organisation syndicale au niveau société n’a pas signé le dit relevé, sur le temps de travail. Pour rappel, les signataires n’ont validé que l’idée de poursuivre des discussions, sans obligation de résultat.

SUR LE TEMPS DE TRAVAIL, LES SALARIES ONT EXPRIMÈ PAR UNE MOBILISATION FORTE LEUR MOTIVATION A DEFENDRE LEURS ACQUIS ET NON A TRANSFORMER L’ACCORD SIGNÈ

NAO 2014 : Accord sur le maintien de la capacité industrielle
Désirs : Le service communication de TURBOMECA donne sa pleine mesure en ce début d’année. Les notes internes arrivent dans nos boites mails quasiment tous les jours. Concernant le bilan de l’accord NAO, sur les salaires et l’emploi de 2014, on veut nous faire croire qu’on a embauché plus de monde que prévu.
Réalité : Pour la CGT, un des points marquant des NAO 2014 qui a pesé dans la décision de valider cet accord était : « le maintien de la capacité industrielle en termes d’effectifs ». Or, malgré une campagne d’embauches, le delta entre entrées et départs demeure négatif sur les emplois industriels.

LA DIRECTION N’A PAS TENU SES ENGAGEMENTS PAR RAPPORT A L’ACCORD SIGNÈ L’AN DERNIER PAR L’ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES.
QUELLE CONFIANCE ACCORDER A SES ENGAGEMENTS FUTURS ?

SSE  / CHSCT (1) : Où est la complémentarité ?
Désirs : Le président a également exprimé la volonté que nos établissements à TURBOMECA reçoivent des distinctions dans les bonnes pratiques SSE.

Réalité : Que peuvent valoir les médailles et titres obtenus dans le domaine de la SSE lorsque les demandes des CHSCT n’aboutissent pas sur des questions essentielles de santé et de sécurité au travail ? Faut-il rappeler toutes les difficultés qu’ont les élus à faire respecter les réglementations en vigueur sur un sujet tel que l’amiante par exemple ?
 Fluctuation de la production neuve
Désirs : Notre direction a fortement communiqué sur la nécessité de transformer TURBOMECA pour s’adapter à la baisse de la production neuve. La petite musique nous la connaissons bien maintenant, pour s’adapter à la baisse d’activité, il faut être AGILE pour être PERFORMANT.
Réalité : Faute d’accord sur l’agilité, pour s’adapter, notre direction a fait des choix de réinternaliser, sur les sites français, une activité qui nous appartenait déjà.
En effet, les moteurs Arriel de TMUK étaient réparés à Tarnos avant d’être affectés en Angleterre. Même chose pour la production de pièces à Monroe, ces usinages étaient réalisés en France avant d’être affectés aux Etats-Unis.

LES RECENTES FERMETURES DE SITES TRADUISENT L’ECHEC DES POLITIQUES D’EXTERNALISATION 
PRATIQUEES PAR LES DIRECTIONS TURBOMECA CES DERNIERES ANNEES.

Le Dialogue Social
Désirs : Notre direction convoque régulièrement les élus de toutes les organisations syndicales pour construire un « dialogue social  modernisé » selon les propres vœux du Président.
Réalité : La direction convoque effectivement les Organisations Syndicales à plusieurs reprises sur chaque sujet. Ces réunions n’aboutissent souvent à rien de concret et n’ont d’autres objectifs que d’«aspirer» les élus vers elle tout en les éloignant de la réalité du terrain.

Ceci s’inscrit directement dans la logique du projet du gouvernement sur la réforme du dialogue social, directement téléguidé par le MEDEF, dont l’un des objectifs majeurs est de diminuer l’expression des syndicats et par la même celle des salariés.

LE « DIALOGUE SOCIAL » QUE NOUS VEND LA DIRECTION S’APPARENTE PLUS A UNE « MANIPULATION SOCIALE » DES ORGANISATIONS SYNDICALES PLUTOT QU’A UN ECHANGE CONSTRUCTIF.



En renforçant son service communication notre direction a mis en place un véritable outil de propagande qui nous abreuve d’informations sur la vie de l’entreprise. Mais ne soyons pas dupes, en occupant l’espace de la sorte, notre direction a pour unique objectif de nous amener tous vers la pensée unique, en l’occurrence la sienne ...

LA FRONTIERE ENTRE COMMUNICATION ET MANIPULATION EST MINCE

La CGT ne prétend pas détenir la «vérité», mais, dans sa mission syndicale, elle veillera à ce que chacun puisse connaitre tous les tenants et aboutissants des problématiques auxquelles nous avons tous collectivement à faire face.
Avec les moyens dont elle dispose, la CGT s’engage donc à informer au mieux l’ensemble des salariés en amenant un éclairage différent de celui de notre direction.  Elle s’engage à continuer les débats avec vous via des consultations de salariés, des assemblées générales de syndiqués, etc...
Ne vous laissez pas envahir par le message unique de notre direction, restez à l’écoute de toutes sources d’informations, c’est le meilleur moyen de rester éveillé …
C’est ensemble que nous pouvons faire le vœu de pérenniser nos emplois, nos statuts, notre avenir.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...