Abonnez-vous ... pour être averti par mail à chaque nouvelle publication

mardi 16 décembre 2014

BONNES FETES DE FIN D’ANNEE A TOUS

Si certains d’entre vous travailleront durant ces deux dernières semaines de l’année, la plupart des salariés de Turboméca Tarnos profitera d’un repos bien mérité en famille. L’occasion de revenir sur une année particulière pour notre établissement.

L’année 2014 aura été marquante en projets de transformation et de réorganisation de l’entreprise. L’établissement de Tarnos a été très vite informé en début d’année d’une réorganisation majeure le concernant sous le nom projet « OSIS ». Fusion des CCIS et CCIVA était au programme pour dégager des économies de frais de structure. De plus, le transfert de l’activité « pales de turbines »  au CCIET de Bordes permet selon la direction de « rationaliser » le travail en commun pour les « ensembles tournants ».

La CGT et les organisations syndicales représentatives ont obtenu l’engagement de notre PDG, de garantir un emploi pour chacun. L’espace mobilité carrière (EMC) a été créé ; tous les salariés concernés seront repositionnés.

ACTIVITE INDUSTRIELLE EN HAUSSE EN 2015
Ces décisions d’adaptation ont été prises dans un contexte de baisse de la production neuve lors du premier semestre, aujourd’hui, trois orientations changent la donne en faveur d’une hausse de notre activité :

-      le maintien voire le développement des hélicoptères de l’armée en intervention au Mali, au Tchad pour la France ou en IRAK pour les hélicos de l’armée Britannique augmente l’activité prévue en 2015.

-      La demande de notre principal client Airbus hélicoptère est, elle aussi, en légère hausse par rapport à la prévision baissière du premier semestre.

-      Enfin, il a été décidé d’accélérer le développement de l’Arrano ce qui engendre de l’activité supplémentaire dans les ateliers de production
Tout cela, dans le même temps où des décisions très importantes ont été prises pour réduire la capacité mondiale en faveur des sites français.

-      L’arrêt de Turboméca Monroe aux Etats-Unis augmente l’activité de production de pièces neuves en France, y compris à Tarnos.

-      L’arrêt de l’activité réparation à Turboméca UK augmentera à terme l’activité réparation Arriel à Tarnos.

ACTIVITES EN HAUSSE - RESULTATS EN HAUSSE- REDISTRIBUTION EN HAUSSE
Les prévisions de résultats en cette fin d’année 2014 correspondent quasiment à la virgule près aux objectifs du début d’année, un chiffre d’affaire en hausse de (+4%) par rapport à 2013 et une marge brute légèrement inférieure.

La hausse de l’activité en 2015 engendrera, très certainement, de meilleurs résultats financiers. Il nous parait justifier de revoir à la progression la redistribution des richesses produites.

NAO ET COMPLEMENT SUR SALAIRE DE DECEMBRE
Cette année, la CGT a œuvré pour qu’enfin la politique salariale s’oriente plus favorablement à la revalorisation du point Turboméca par l’AG, l’augmentation générale. C’est l’augmentation des salaires qui profite à tous. Combinée à l’obtention par la CGT d’un plancher minimum d’augmentation, cette année tous les salariés de Turboméca auront eu un minimum d’augmentation de 1000€ bruts sur l’année.

En effet, les salariés n’ayant pas acquis d’ancienneté supplémentaire sur leur salaire ou une augmentation individuelle dans l’année vont percevoir un complément financier sur la paie de Décembre. Les personnes concernées sont informées par leur hiérarchie au travers d’une lettre remise en main propre. Bien sûr cette mesure est exceptionnelle et non pérenne.

En validant ce dispositif lors des dernières NAO, La CGT a souhaité que les salariés écartés de la politique individualiste, particulièrement  l’AI, ne soient pas une nouvelles fois les oubliés d’une politique salariale injuste.

En signant les NAO sur l’emploi et les salaires, la CGT fait inscrire également dans l’accord 2014 le maintien de la capacité industrielle avec l’embauche de 40 emplois directs, des alternants, des intérimaires. Nos orientations revendicatives sont retenues.
EN 2015, JE ME SYNDIQUE.   

Avec l’histoire qui est la nôtre à Turboméca et parce que nous représentons sur les tissus économiques locaux un exemple de ce qui est possible de faire en termes de dialogue sociale en entreprise, il est important que chacun trouve sa place au sein de notre organisation syndicale.

PARCE QUE VOTRE VOIX COMPTE.


Ouvrier, employé, cadre avec l’UFICT-CGT (union fédérale des ingénieurs cadre et technicien) SALARIES DE TURBOMECA-TARNOS REJOIGNEZ LA CGT.

jeudi 4 décembre 2014

RELOCALISATION A TARNOS

Les projets d’équilibre charge/capacité mondiale des activités pièces neuves et support font l’objet de procédures d’information/consultation des élus et organisations syndicales du CCE (Comité Central d’Entreprise).
Ces initiatives scellent le destin du site de TMM (Turbomeca Monroe) et de l’activité support de TMUK (Turbomeca United Kingdom). Ces arrêts ne peuvent nous satisfaire car des salariés perdent leur emploi au nom d’une nouvelle réorganisation industrielle ayant comme seul objectif la performance financière.
Ce sont des êtres humains qui subissent de plein fouet ces mesures.
D’ailleurs, le choix sur l’affectation des Arriel de TMUK en France ou aux USA s’est posé. Pour mémoire, les charges concernées par ces décisions étaient, il y a peu de temps, réalisées sur les sites Français. Malgré nos remarques et nos positionnements pour le maintien voire le développement de l’outil industriel sur nos sites respectifs, les transferts se sont concrétisés.
Quel que soit les effets positifs pour les sites Français, la CGT ne peut cautionner une telle politique.
 La CGT n’a pas participé à la décision des fermetures, mais sa signature répondait, aux regards des méthodes de communication et de concertation, au diktat de la Direction pour accompagner les ajustements de ses décisions.
Ré-internalisations, créations d’emplois et investissements majeurs principalement pour le site de Tarnos sont des éléments essentiels qui ont prévalu pour la prise de décision.
Nonobstant l’engagement de ne pas dénoncer nos accords sur le temps de travail, notre direction veut travailler sur la flexibilité du personnel.
Le contenu de «l’addendum» (annexe du relevé), obtenu par la CGT, précise au point 6 qu’avant de discuter des accords il faudra revoir en profondeur la structure de notre entreprise. Pour notre syndicat, il y a urgence d’adapter Turbomeca à son produit, ses besoins et savoir remettre en cause la gestion copie conforme de l’automobile.
A Turbomeca, la prédominance des résultats avec l’outil « Lean » provoque une perte d’identité professionnelle (banalisation, cloisonnement….) et entraine inéluctablement des faiblesses dans l’efficacité industrielle globale.

Dans ce contexte pourquoi la signature ?
L’augmentation de charge Arriel sur Tarnos nécessitant 24 emplois (9 postes pour les reclassements du projet OSIS + 15 embauches directs & indirects), un investissement de 370 000€ pour les aménagements nécessaires et lancement du projet CAP 2020 (Minimum 60 M€ d’investissements) ne peuvent laisser les salariés et leurs élus indifférents. A ce titre, le syndicat CGT de Tarnos, a indiqué vouloir valider un relevé de conclusion de site, en parallèle à celui de la société qui lui ne pouvait pas recevoir les trois signatures (respect de la consultation).
Un délégué syndical local n’a pas prérogative pour signer un document qui concerne plusieurs sites. Ce qui est le cas en l’espèce.
Quoi qu’il en soit, notre Président, en toute connaissance de cause, a confirmé que la majorité représentative « société » et l’unanimité « établissement de Tarnos » sur le relevé de conclusions, lui permettait de prendre la décision de présenter pour validation le dossier CAP 2020 devant le Groupe SAFRAN.
Au cours du CCE ordinaire du 4 Décembre 2014, notre Président a fait une déclaration (voir communication par mail) pour officialiser sa décision:
-      CAP2020 sera défendu pour validation au conseil d’administration de Safran.
-      Le document étant validé par la CGT Tarnos, la direction applique et décide de rapatrier 100% des moteurs TMUK à Tarnos.
Que notre signature sur le relevé de conclusions soit dénoncée ou pas elle met fin à un chapitre du dialogue social des plus douteux à Turbomeca.
Jamais, la CGT n’a été dupée sur les manœuvres orchestrées par notre direction. Ceci étant, aux regards des enjeux locaux le syndicat de site a pris ses responsabilités. Gageons que la Direction assume les siennes.
Les organisations syndicales
ne sont pas co-gestionnaires de l’entreprise.
Prétendre le contraire, en prenant à témoin les salariés, tient plus de la malhonnêteté intellectuelle que d’un dialogue social modernisé tant préconisé par notre direction.


La CGT Tarnos.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...